Publié dans Littérature, Roman

La femme à la fenêtre

29425600_319997688523483_8234897000286388224_n

 

Cela faisait quelque temps que je voulais vous parler du thriller psychologique La femme à la fenêtre, aux éditions Presses de la cité. Si vous avez aimé « La fille du train » « Derrière les portes » ou encore « La fille d’avant » alors ce livre est vraiment fait pour vous car il va vous mettre dans tous vos états.

Anna, une éminente pédopsychiatre, a brutalement cessé d’exercer depuis qu’un tragique événement a bousculé son quotidien. D’ordinaire si gaie, elle ère désormais telle une morte vivante dans sa grande maison, retranchée derrière ses grandes fenêtres. Devenu agoraphobe, ses seuls contacts avec le monde extérieur, restent, les échanges sur les réseaux sociaux ainsi que les visites quotidiennes de son psychiatre et de sa kinésithérapeute. Mais à part ça, c’est l’isolement total.

Alors Anna a pris pour plaisir et habitude, d’espionner ses voisins avec des jumelles. Très dangereux direz-vous et pas qu’un peu, Anna va l’apprendre à ses dépens. Car un soir, Anna en est certaine, elle vient d’assister à un meurtre. Mais qui va la croire, elle qui abuse des médicaments et qui a un très grand penchant pour le Merlot, car même Anna doute d’elle-même !

Alors, est-ce qu’elle a tout imaginé à cause des vapeurs du Merlot ou est-ce qu’un meurtrier rôde dans le quartier ? L’enquête commence…

Comme je vous le disais plus haut, ce livre peut faire penser à d’autres, car l’auteur prend une recette gagnante qui fonctionne à tous les coups et qui a déjà fait ses preuves. Une femme qui se retrouve dans la ligne de mire d’un psychopathe et qui doit mener l’enquête pour survivre.

L’intrigue nous tient en haleine jusqu’à la dernière page, en tout cas c’était mon cas, j’adore vraiment ce genre de thriller qui vous fait passer par plusieurs émotions à la fois.

Ce livre m’a énormément fait penser à deux films que j’apprécie énormément, différents en époques certes mais tellement ressemblant sur la trame de fond.

Bien évidemment ce sont « Fenêtre sur cour » du grand Alfred Hitchcock et « Paranoiak » de D.J Carusso qui mettent en scène des personnages qui sont certains, eux aussi, d’avoir assisté à un terrible meurtre.

Voilà je n’en dirais pas plus, sinon cette chronique sera à rallonge, je vous souhaite donc une très bonne lecture et pourquoi pas une bonne séance de rattrapage de films si vous n’avez pas encore vu ceux que je vous ai cités 🙂

Ce livre est sorti en librairie le 8 février 2018 aux éditions Presses de la cité, que je tiens à remercier pour l’envoi de ce livre encore une fois

2 commentaires sur « La femme à la fenêtre »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s